J’suis célibataire? Ah shit…

Posted on

« T’es tellement forte de rester seule. »

« C’est quand que tu nous ramènes un p’tit gars? »

« Un moment donné, elle va ben se trouver quelqu’un la p’tite! »

« Viens, j’vais te présenter quelqu’un : voici André! Y’est policier!! »

André. T’es vraiment mon type. Ben, si trop-vieux-pas-de-charme-avec-une-patate-chaude-dans-yeule-mais-avec-une-bonne-job était mon genre, tu serais pile-poil dedans.

C’est pas mal pour éviter de m’embarquer avec des Andrés que j’hésite pas à me rappeler que ma position de célibataire est normale. Ben oui, aussi normale que de vivre en couple. Aussi normale que de travailler dans un bureau. Aussi normale que d’aller à l’épicerie le mardi soir. Bref, que mon statut relationnel rime pas avec maladie ou malédiction… que ça s’avère ben juste un fait.

Ma jauge de joie se remplit pas avec des boys qui veulent m’acheter une maison. Elle se remplit de succès, de culture et d’expériences. Ma situation de fille sans chum me transforme pas en une moitié d’humain au bonheur relatif. Être célibataire, c’est pas un échec.

Depuis bientôt deux ans, je me sens entière grâce à la relation privilégiée que j’entretiens avec moi-même. C’est cliché, hein? Mais c’est ça pareil : me retrouver toute seule dans mon cœur m’a obligée à endurer ma propre compagnie.

J’ai appris à me connaitre.

J’assume ce que je veux.

Je réalise ce que je vaux.

Mes choix deviennent plus clairs, plus sains. J’haïs pas ça.

Je m’encourage à prendre soin de moi. J’me cuisine un souper tous les soirs. Je m’oblige à aller au gym. Je voyage si ça me tente. Je fonde des clubs de lecture. Je bois -pas tout le temps- du bon vin. J’apprends des nouvelles langues. Je rencontre plein d’individus intéressants. J’explore sans peur de gêner les sentiments de quelqu’un. Pis c’est l’fun. Parce que t’sais, je le sais maintenant que y’en a pas de chimère qui se cache derrière mon célibat.

Je m’écoute plus.

Je me comprends mieux.

J’pense que je grandis.

Mais je dois pas arrêter de travailler sur moi parce que j’arrive toujours pas à voyager en solo et je m’implique pas dans ma communauté pour aider les pauvres gens. Par contre, j’ose me dire que j’avance vers la bonne direction. Ça m’est bien personnel, mais j’ai l’impression de m’accomplir davantage depuis que je pousse mes propres initiatives. J’ai réussi à séduire mon for intérieur et apparemment que ça se reflète sur mon fort extérieur. Tant mieux, c’est des belles nouvelles.

Certaines personnes ont besoin d’une douce moitié pour les motiver; pour les propulser vers de plus hauts sommets! Ça les anime de s’engager dans une relation amoureuse, et c’est tant mieux! Je respecte ça : tout le monde se construit à sa manière. Mais moi, je me rends compte que je forme ma propre team et elle s’en vient assez pas pire.

Je suis célibataire? Ah shit… je dois vivre avec moi.

 

Photo : Geneviève VB – Voyage au BC

1 Commentaires

Laisse un commentaire

Ton adresse courriel ne sera pas publiée.