Quand la nouvelle année amène ses défis

Posted on

J’ai perdu mon emploi.

Début de 2017, deuxième journée de travail de l’année, toutes les aspirations du nouvel an bien encrées dans ma tête, mais la suite des choses allaient être décidée par quelqu’un d’autre. Rencontre à 12h dans le bureau, j’arrive serein en passant que c’était une rencontre pour parler des choses futures et des attentes que mes supérieurs avaient envers moi.

Attentes, ils y en avaient. Ramassez mes trucs dans les 15 prochaines minutes et prendre le chemin de la maison. C’est un drôle de sentiment. Quelque chose que tu ne peux pas vraiment changer, la décision est prise et ce n’est pas la tienne. Les raisons que tes patrons te donnent sont souvent semblables aux raisons qu’on entend dans les films lors de ruptures amoureuses. Le fit n’est pas là, la communication est mauvaise, on n’est pas à la même place dans nos vies.

Ça ressemble beaucoup à un échec amoureux, mais il n’y a pas sentiments amoureux qui y sont reliés. C’est plus sobre comme échec, mais ça en demeure un quand même. Les premières semaines, tu te sens un peu inutile, tu ne fais pas grand chose, tu regardes la télévision, tu te lèves plus tard que normalement, tes fins de semaine ne sont pas vraiment différentes que tes semaines à part le fait que tes amis aussi, sont en congés.

La recherche d’emploi est souvent plus longue qu’anticipée. Je pensais qu’en 2 semaines, je retomberais sur mes pieds et je pourrais continuer ma carrière, mais non. Aucun appel, ni même courriel en 3 semaines et plus. Et 3 semaines à se coucher tous les soirs en pensant que le lendemain sera un meilleur jour, c’est long. C’est long comme attendre Noël quand j’avais 9 ans. Évidemment, le fait de ne pas travailler à aussi son bon côté. Moins de stress, plus de temps pour toi, plus de temps pour des séries télévisés et aussi, plus de temps pour essayer les recettes de Ricardo.

Perdre sa job et devoir rester à la maison, ça ressemble à quand tu es petit et que tu dis à ta mère que tu es malade pour ne pas aller à l’école. Les premières heures de la journée c’est cool, mais tu te rends vite compte que les émissions de télévision qui passe à Vrak TV en plein milieu de la journée, c’est pas ce qui a de plus excitant sur la terre.

Après le stress d’avoir cherché un emploi pendant 1 mois, il y a les entrevues. Moment où tu te présentes à une ou deux personnes pendant lequel tu tentes par tous les moyens de vendre ta salade du mieux que tu peux. Après une couple d’entrevues, tu deviens un espèce de Gourou des questions du genre : « Quel est ton pire défaut? »… Sincèrement, qui dit en entrevue son vrai pire défaut? Mon pire défaut? Je suis quelqu’un d’extrêmement malicieux, qui ferait n’importe quoi pour arriver à ses fins. OK, j’ai peut être imaginé ici Dexter en train de passer une entrevue… Mais bon, le point est, est-ce que les recruteurs peuvent se consulter et changer cette question pour quelque chose de plus créatif? Quel est ton topping de Pizza préféré et pourquoi?

Viens ensuite l’étape de l’embauche, de la négociation et du premier jour de travail à ton nouvel emploi. Le sommeil de la veille est souvent peu efficace, tu te demandes quel genre de journée tu vas passer et tu t’imagines le pire. Passer une journée complète avec une p’tite miette de toast dans les dents, échapper du café sur ta chemise en plein meeting ou peut être manger ton lunch tout seul devant ton ordinateur.

Finalement, ça se déroule sans anicroche, tu te fais même un solide high five en rentrant chez toi le soir en pensant à tout ça, mais aussi en pensant à une scène inoubliable dans The Pursuit of Happyness. Will Smith, qui après avoir vécu surement les pires moments de sa vie (dans le film évidemment) décroche une job de dingue dans une firme de placement. À chaque fois que je vois la scène de Will, en train de célébrer, malgré tant d’effort, la p’tite larme est impossible à retenir.

Reaction GIF - Find & Share on GIPHY

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.